Comment choisir son mascara sans se tromper ?

Le mascara doit avoir de la texture et une couleur intense

Évidemment, on veut que le mascara apporte texture et couleur. Selon le besoin et la promesse, il doit allonger les cils, les recourber ou les densifier sans les alourdir. Ils doivent être définis, séparés, sans effet paquet.

L’autre point : la densité de la couleur. Pour l’instant, impossible de faire sans les pigments minéraux (les oxydes de fer). De plus en plus souvent, le charbon s’y adjoint pour offrir un noir intense.

Il doit être bien toléré

La première chose que l’on exige d’un mascara, c’est son innocuité. Il ne doit pas piquer les yeux ni abîmer les cils, ou en faire tomber au moment du démaquillage. Ce qui signifie qu’il doit être :

Facile à appliquer.
Facile à vivre dans la journée (sans s’effriter ou couler).
Facile à démaquiller le soir.

Les cires d’abeille (pour l’adhésion aux cils), de carnauba (qui apporte de la résistance) et de candelilla (qui donne de la matière) confèrent le côté filmogène et souple des formules.

Il doit soigner les cils

De plus en plus de mascaras vont jusqu’à soigner les cils. C’est vrai en cosmétique conventionnelle où l’on peut ajouter un extrait antioxydant ou des actifs qui renforcent les cils comme le panthénol, l’arginine (acide aminé qui fait partie de leurs constituants), les peptides ou la Centella asiatica, qui favorisent leur ancrage pour ne pas les perdre.

En bio, l’ingrédient star est l’huile de ricin, qui les fortifie.

Il doit être longue tenue

Il doit être durable et résistant, et se maintenir toute la journée. Les mascaras dernière génération ont un “playtime” : ils ne sèchent pas trop vite afin que l’on puisse repasser la brosse un certain nombre de fois sans qu’ils s’effritent. Les polymères permettent cela, quand les celluloses donnent du volume, résistent à la pluie et aux larmes tout en se solubilisant bien au démaquillage. Ce qui est plus difficile à réaliser en naturel ou en bio (impossible pour l’instant d’avoir un mascara naturel waterproof).

Ce doit être l’alchimie d’une brosse et d’une formule

Un bon mascara, c’est en fait l’alliance d’une formule, d’une brosse et d’un joint essoreur. Les trois se combinent pour obtenir des effets maquillage très différents. La formule est une émulsion qui ne doit être ni trop sèche ni trop crémeuse. Mais c’est son alliance avec la brosse qui détermine la façon de définir, d’étirer et de séparer les cils.

Depuis quelques années, les formes de brosse ont beaucoup évolué grâce à l’apparition des polymères : en sablier, conique, en boules, etc. L’essoreur, enfin, détermine la charge de formule sur la brosse, pour un effet volumateur s’il laisse passer beaucoup de formule, ou longueur s’il est étroit et peu chargeant.

A lire aussi :

Maquillez-vous sans faux pas en 10 mn chrono
Comment choisir son mascara recourbant ?
Bien choisir son mascara waterproof

The post Comment choisir son mascara sans se tromper ? first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu